La SVOD promise à un bel avenir

La SVOD promise à un bel avenir. C’est ce qui ressort d’une récente étude opérée par le cabinet Statista. 

En effet, même si la France reste derrière les Etats-Unis et l’Angleterre, un bel avenir lui est réservé. Les Etats-Unis pourront ainsi se vanter d’un chiffre d’affaires avoisinant les 7,5 milliards de dollars en 2020 (croissance de 58% par rapport à aujourd’hui). En Europe, l’Angleterre reste leader du marché en dépassant le milliard de dollars de recettes. La France est juste derrière, fière de tripler son chiffre d’affaires actuelle lié aux recettes de la SVOD, qui pourrait alors atteindre 490 millions d’euros (550 millions de dollars) en 2020.

Si ces estimations sont très encourageantes, il faut dire que de nombreuses nouvelles offres de SVOD voient le jour. Hier encore, nous vous présentions ainsi INA Pemium, le service de SVOD de l’INA. Par ailleurs, les géants étrangers (Netflix, Amazon et pourquoi pas Apple ?) ne se gêneront pas pour proposer le top du top en matière d’abonnement mensuel. Il reste encore à souhaiter que les programmes français seront à l’honneur.

La SVOD promise à un bel avenir: quid de la chronologie des médias ?

Une question reste toutefois en suspens: comment l’éclosion du marché de la SVOD pourra-t-elle tenir face à une réglementation franco-française encore trop absurde et obsolète ? En effet, la chronologie des médias est la première cause de la faiblesse des catalogues proposés par l’offre légale. Il suffit de jeter un œil au catalogue de CanalPlay, leader français du secteur, pour se rendre compte que la chronologie des médias est l’obstacle le plus important au développement de la SVOD. Certes, des pistes sont en cours pour renégocier les termes de cette régulation, mais rien n’est fait et nous restons sceptiques quant au succès d’une telle démarche.

Ainsi, nous espérons que malgré les obstacles, le marché de la SVOD se développe aussi bien que cette étude le prévoit. D’ailleurs, cette dernière rejoint les très encourageantes prédictions opérées par le bureau d’études GFK l’année dernière. Et vous, vous y croyez ?

 

PAS DE COMMENTAIRES

    Laissez un commentaire